Course en fauteuil roulant – Cambodge – 2007/2009

November 2nd, 2011

En pratiquant un sport les handicapés renforcent un corps qui les enchaîne, recouvrent une estime d’eux-mêmes perdue et une place dans la société.

 

Photo :  Deux athlètes se disputent la première place lors d’une course organisée par CNVLD à Kompong Cham, en 2009.

« Nous donnons aux gens de l’espoir. Ce qu’ils font de cet espoir leur appartient ». Christpher Minko, Secrétaire Générale de Cambodia National Volley Ball League for Disabled (CNVLD), résume l’état d’esprit de l’organisation. Ici, pas de charité, on s’entraîne.

L’histoire des courses en fauteuil roulant a commencé en 2005. Constatant le succès du volley ball pour handicapés (classe troisième de la coupe du monde 2008, compétition organisée à Phnom Penh), Milko décida d’ajouter une section aux activités de CNVLD. Le succès fut au rendez-vous mais Minko garde les pieds sur terre : « CNVLD est en contact avec seulement 300 handicapés au Cambodge, dans un pays qui en compte 40 000 ». Un nombre important qui s’explique en partie à cause des mines anti-personnelles disséminées durant la guerre dans la campagne cambodgienne.

 

Photo : Deux athletes se reposent quelques heures avant une course. Phnom Penh, 2008.

 Le Secrétaire Générale a toujours pensé que le sport était un excellent moyen pour sortir les handicapés de leur isolation. « Quand vous perdez l’usage de vos jambes, il est facile de s’enfermer, de rester à la maison à  ne rien faire, regarder la télévision, raconte Sockchan, une athlète de 21 ans et capitaine de l’équipe de Battambang. Vous mangez peu, vous dormez mal et vous n’avez aucun espoir ».

 

Photo : Sockchan fait réparer la chaine du fauteuil roulant qu’elle utilise pour ses déplacements.

 Krouen Vannon et Van Nun ont compris cela. Ils se sont entraînés dure et sont devenus la femme et l’homme les plus rapides du Cambodge. La perspective de participer aux Jeux Paralympiques de Londres renforce leur motivation.

Sockchan, elle, n’est pas la plus douée des athlètes de CNVLD, mais la pratique d’un sport l’a changé : « je ne peux plus courir, mais si tu t’assoies dans cette chaise, je peux te flanquer une raclée », annonce t-elle dans un grand éclat de rire.

 

Photo :  Van Nun prépare son fauteuil roulant avant une course à Kompong Cham, 2009

Photo : Sockchan brandit la coupe d’une course qu’elle n’a pas gagné et plaisante avec ses amis athlètes.

 Pour visualiser les 50 images cliquer ici.

 

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.