Quand la pauvreté devient un business – Phnom Penh, Cambodge – 16 novembre 2011

November 16th, 2011

Quand la pauvreté devient un business.

« Les enfants ne sont pas une attraction touristique » est une campagne choc, lancée par l’ONG Friends-International.

« Les enfants sont absolument adorables et adorent les visiteurs qui viennent jouer avec eux. A votre arrivée, vous serez accueillis à bras ouvert et avec des cris de joie ».  Cette invitation a été trouvée sur la page d’accueil du site Internet d’un orphelinat au Cambodge. La dérive saute aux yeux : les enfants promus comme un site touristique. Un voyageur écrivait en 2009, sur le site d’un guide de voyage , après avoir visiter un orphelinat à Phnom Penh : « En fait, c’est sur la route des « Killing Fields », vous pouvez donc faire les deux en même temps pour gagner du temps […] J’ai passé quelques heures avec eux, les enfants sont incroyables […] Cela m’a ouvert les yeux sur leur situation et pour le prix de quelques bières, vous pouvez vraiment changer leur vie ». Changer la vie de ces enfants pour quelques bières est une bien triste illusion.

« Réfléchissez ! » lance Friends International aux touristes. Deux chiffres devraient les y aider :

–       72 % des enfants vivant dans les orphelinats ont toujours des parents.

–       65% d’augmentation du nombre d’orphelinats depuis 2005 alors que le nombre d’orphelins au Cambodge diminue.

Et puis il y a l’évidence : imaginez un groupe de Chinois qui, après avoir grimper au sommet de la tour Eiffel, visiterait pour 1 heure un orphelinat à Paris. Inacceptable !! hurlerait la France outrée. Alors pourquoi est-ce tolérable au Cambodge ?

Article en anglais de Friends Internationals “When children become tourist attraction” : cliquer ici

 

Photo :  à l’entrée du musée national à Phnom Penh, l’arrière d’un tuk-tuk porte le message lancé  par l’ONG Friends-International.

 

 

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.